YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Underworld
Film américain tchèco-germano-britannique de Len Wiseman (2003)
Sortie nationale le 24 septembre 2003

***



Genre : gothique fantastique (Vampires et loups-garous)
Durée : 1 h55

Avec Kate Beckinsale (Selene), Scott Speedman (Michael), Shane Brolly (Kraven), Michael Sheen (Lucian), Bill Nighy (Viktor), Erwin Leder (Singe), Sophie Milles (Erika).

Depuis des centaines d’années, à l’insu des humains, se déroule un combat à mort entre deux races quasi immortelles : Vampires et Lycans (Loups-Garous). Selene, une vampire exterminatrice de Lycans, mène cette lutte sans aucune pitié pour ses adversaires jusqu’au jour où elle s’aperçoit qu’un complot d’une envergure plus importante se trame dans l’ombre. Michael Corvin (un humain) se retrouve coincé entre les deux factions sans comprendre ce qu’il lui arrive. Devinera-t-il qu’il est devenu l’enjeu majeur de cette bataille acharnée entre Vampires et Lycans ? Selene va devoir démêler les fils de la trahison des uns et des ambitions des autres tout en nouant des liens particuliers avec un humain.

Premier film, premiers émois. Normalement, il est toujours intéressant d’assister à la projection d’un premier film. Ici, malheureusement, Len Wiseman rate un peu le coche. Son film n’est pas en soi un échec, on y prend même un certain plaisir, les effets spéciaux sont efficaces, le jeu des acteurs est agréable et l’histoire vaut son pesant de pop-corn mais il y a un je-ne-sais-quoi qui tempère notre bonne humeur. Comme une impression de patinage dans le montage ou dans le déroulement de l’histoire. On aimerait suivre avec passion la belle Selene dans son questionnement personnel et dans ses aventures plutôt musclées, on ne fait qu’assister d’un œil curieux à une succession d’images déroulant parfois les poncifs du genre. Les Vampires sont très classieux, les Lycans très bestiaux, les humains quasi absents ou largués. Résultat, une ambiance gothique à la The Crow, des sapes en cuir noir à la Matrix et des bastons à la Blade ne peuvent suffire à satisfaire le passionné. Il eut fallu un petit quelque chose de plus.

En ne s’attachant pas à développer la psychologie des personnages principaux, pièces maîtresses de l’intrigue (Selene la Vampire, Lucian le chef des Lycans et Michael Corvin l’humain), le réalisateur a pris un pari risqué. Celui de privilégier l’action pour l’action et de perdre, par manque d’identification, le spectateur en route. Au final, on visionne avec un certain détachement, un travail honnêtement produit, doté d’une photo et de décors réussis mais suscitant des rêves qui n’aboutissent pas. C’est dommage même si bien des aspects de ce film peuvent valoir le coup et un ticket d’entrée. Pour conclure sur une note positive malgré cette appréciation mi-figue, mi-raisin, on attendra aussi sa sortie en DVD en espérant une version Director’s Cut plus aboutie, histoire de passer à nouveau un moment de détente, pas si désagréable que ça dans son canapé. La moyenne sans plus et les regrets que peuvent susciter les espoirs déçus.

FICHE TECHNIQUE

Titre original : Underworld

Réalisation : Len Wiseman
Scénario : Danny McBride
Producteurs : Richard s. Wright, Gary Lucchesi, Tom Rosenberg
Producteurs associés : Kevin Grevioux, Danny McBride
Effets spéciaux : Patrick Tatopoulos
Décors : Bruton Jones
Montage : Martin Hunter
Costumes : Wendy Partridge
Directeur de la photographie : Tony Pierce-Roberts

Production : Lakeshore Entertainment
Distribution : SND


LIEN(S) YOZONE

La saga
=> Underworld
=> Underworld 2 : Evolution
=> Underworld 3 - Le soulèvement des Lycans
=> Underworld : Nouvelle ère
=> Underworld : Blood Wars

INTERNET

http://www.entertheunderworld.com


Stéphane Pons
17 octobre 2003






JPEG - 8 ko



JPEG - 4.4 ko



JPEG - 5.8 ko



JPEG - 3.6 ko



JPEG - 4.2 ko



WebAnalytics