Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Enquêtes d’Enola Holmes (Les) – T5 : L’Énigme du Message Perdu
Nancy Springer
Nathan Jeunesse, roman, traduit de l’anglais (États-Unis), policier, 202 pages, avril 2010, 14,20€

Un jour, Mrs Tupper, la logeuse d’Enola Holmes, lui montre une lettre. Il lui est demandé un message qu’elle aurait reçu voilà trente ans. Mrs Tupper n’y comprend rien et c’est avec stupeur qu’Enola découvre un soir que sa logeuse a été enlevée.
La maison est sens dessus dessous, comme si les agresseurs cherchaient quelque chose. Enola Holmes va mener son enquête pour savoir quel peut-être ce mystérieux message, semblant à l’origine de cette affaire remontant à la guerre de Crimée.



Depuis « Le Secret de l’Éventail », on connaît mieux Nancy Springer, spécialisée dans le détournement de personnages. Dans la présente série, elle a inventé une sœur à Sherlock et Mycroft Holmes. Enola possède la même vivacité d’esprit que ses aînés, mais ceux-ci veulent en faire une jeune fille respectable en l’envoyant en pension pour qu’une bonne éducation lui soit donnée. Et c’est bien la dernière chose souhaitée par Enola qui tient à une certaine indépendance. Depuis sa fuite, elle est toujours obligée de surveiller ses arrières pour ne pas retomber entre leurs mains. Ce jeu est d’autant plus difficile qu’elle se retrouve souvent en concurrence avec Sherlock dans des affaires.

Nancy Springer profite de cette énigme pour nous rappeler l’épisode de la guerre de Crimée et de Scutari, où l’hôpital militaire de fortune ressemblait à un mouroir. Seul un ange, en la personne de l’infirmière Florence Nightingale, apaisait leur souffrance, et encore seulement de journée, car les responsables trouvaient indécent qu’une femme restât avec des hommes la nuit. Florence Nightingale a réellement existé, c’est une figure historique qui s’est battue pour les conditions sanitaires dans les hôpitaux.
Placée au centre du récit, elle donne un cachet historique à celui-ci. L’auteure ne se contente donc pas de décrire les étapes menant Enola à la solution de son enquête, elle instruit aussi son lectorat.

Comme dans « Le Secret de l’Éventail », un message est à décrypter, Enola Holmes échappe de justesse à l’un de ses frères. Ici, ce qui est intéressant, c’est justement Miss Nightingale ne rentrant pas dans le moule des femmes de l’époque et donnant la leçon à Sherlock au sujet de sa sœur. Entre femmes aux idées d’émancipation, elles se serrent les coudes.
Sherlock semble troublé par les révélations de cette femme et, qui sait, peut-être révisera-t-il ses projets d’éducation ? On peut toujours rêver les voir un jour mener ensemble l’enquête, mais là on perdrait tout l’intérêt de la série basée sur une certaine concurrence entre les deux.

Ne changez rien, Nancy Springer, les aventures d’Enola Holmes sont savoureuses ainsi et même très instructives sur la place de la femme dans la société à la fin du XIXe siècle.

S’adressant à un public de plus de 11 ans, on se refusera à mettre une limite supérieure. Il n’y a pas d’âge pour apprécier ce type de récit. En plus, les ouvrages d’Enola Holmes sont très bien présentés, même si cela paraît plus orienté vers les lectrices.
Un personnage, une série à découvrir !


Titre : L’Énigme du Message Perdu (The Case of the Cryptic Crinoline, 2009)
Série : Les Enquêtes d’Enola Holmes (An Enola Holmes Mystery), tome 5
Auteur : Nancy Springer
Traduction de l’anglais (États-Unis) : Rose-Marie Vasallo
Couverture : Raphaël Gauthey
Éditeur : Nathan
Collection : Jeunesse
Sites Internet : Roman et Enola Holmes (site éditeur)
Pages : 202
Format (en cm) : 21 x 14
Dépôt légal : avril 2010
ISBN : 978-2-09-252552-4
Prix : 14,20 €


Également sur la Yozone, la chronique de :
- « Le Secret de l’Éventail » (T4)


François Schnebelen
7 juin 2010


JPEG - 53.1 ko
Illustration de Raphaël Gauthey



Chargement...
WebAnalytics