YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Nausicaä de la Vallée du Vent
Film d’Animation Japonais d’Hayao Miyazaki (1984)
23 août 2006


Genre : Animation
Durée : 1h56

Avec les voix originales japonaises de : Nausicaa (Sumi Shimamoto), Jihl (Mahito Tsujimura), Oh-Baba (Hisako Kyôda), Lord Yupa (Gorô Naya), Mito (Ichirô Nagai), Goru (Kôhei Miyauchi), Gikkuri (Jôji Yanami), NIga (Minoru Yada), Teto (Rihoko Yoshida), Asbel (Yôji Matsuda), Rastel (Mîna Tominaga), Kushana (Yoshiko Sakakibara), Kurotawa (Iemasa Kayumi), etc.

Mille ans après que notre civilisation a disparu, la Terre existe encore, mais dans quel état ! Une jungle toxique, envahie d’insectes mutants géants et de plantes toutes plus dangereuses les unes que les autres, gagne sans cesse du terrain sur les rares espaces encore habités par l’homme.
Ainsi, “La Vallée du Vent”, protégée par la grâce d’un vent marin, où perdure encore une communauté pacifique sous la bienveillante administration du Roi Jihl et de sa fille Nausicaä.
Mais rien ne dure et les dernières guerres que se livrent toujours les survivants menacent la tranquillité de cet havre de paix. Impliqués malgré eux, leur roi assassiné, les habitants de la Vallée du Vent vont devoir compter sur Nausicaä.
Il est vrai que la jeune héritière du trône a développé d’étranges facultés et vit en totale empathie avec la faune et la flore la plus meurtrière.

Première œuvre véritable du futur grand maître de l’animation du Pays du Soleil Levant, « Nausicaä de la Vallée du Vent » (1984) contient déjà tous les germes des futurs grands succès d’Hayao Miyazaki.
Sous l’œil acéré de celui qui sait avec plus de vingt ans de recul, on découvre déjà quelques personnages emblématiques ainsi que les grands thèmes chers à l’esprit du créateur. Passion exacerbée pour l’écologie, un imaginaire foisonnant et riche ne se reposant pas uniquement sur une narration énergique nourrie de multiples rebondissements, une flopée de machines volantes toutes plus étranges et fantastiques, une grand-mère (O-Baba ici) que l’on retrouvera régulièrement sous les mêmes traits dans ses œuvres suivantes (cf. « Le Voyage de Chihiro » ou « Le Château Ambulant »).
Directement inspiré par les deux premiers volumes de sa série Manga à succès éponyme qui en comptera sept (éditée en France par Glénat depuis), « Nausicaä de la Vallée du Vent » fut aussi l’animation qui déclencha la création des fameux Studios Ghibli, succès critique et grand-public obligent.
Acte de naissance véritable du plus grand créateur de films animés (opinion personnelle), le film fit date et est toujours une référence. Et déjà, la musique originale de Joe Hisaishi, son compère mélodique de toujours, résonne fortement dans nos têtes.
Plus surprenant, on n’est pas peu fier de constater que « Nausicaä de la Vallée du Vent » doit beaucoup à « La Planète Sauvage » (flore et faune) de René Laloux et Roland Topor d’après un roman de Stefan Wul (écrivain de SF français dont il faut conseiller l’œuvre romanesque en permanence). Même remarque côté graphisme où l’influence de Mœbius est nettement perceptible dès que la jeune et belle Nausicaä prend les airs sur son aile volante (on pense très fort à « Arzach » plusieurs fois).

Après une première demi-heure quasi zen et contemplative, d’une beauté graphique à couper le souffle, on rentre dans le vif du sujet. “La Vallée du Vent” devient le terrain de jeu guerrier de deux royaumes ennemis, le roi est tué, Nausicaä est obligée de s’enfuir avec quelques amis et la grande aventure peut débuter. Une narration plus classique, sous une double influence avouée (« L’Odyssée » et une légende japonaise), qui touche quand même au sublime, surtout quand Hayao Miyazaki multiplie les personnages sans perdre le fil de son histoire en cours de route.
Certes, tout est lié, relié même, avec la grande tradition japonaise, tout particulièrement quand Nausicaä comprend que son destin est de dépasser les enseignements de ses maîtres. Il s’agit là, évidemment, d’une leçon de base de la culture nippone qui veut que l’efficacité du maître soit mesurée à l’aune de la réussite supérieure de son élève.

Mais qu’importe de ces détails, avant cela, mazette, quel bonheur ! Quel déluge créatif ! Avait-on jamais contemplé un tel bestiaire animalier et autant de plantes venues d’ailleurs ? Non, sans doute pas et le pire c’est que tout est très beau, surprenant et enchanteur. De la vraie et grande poésie en image.

Avec « Nausicaä de la Vallée du Vent », Hayao Miyazaki posait sa patte sur un genre qu’il allait allègrement survoler ensuite. On a beau savoir que l’ensemble de son œuvre cinématographique est géniale, ce premier essai en solo éblouit nos mirettes, ébahies d’emblée.
Rien à faire, on ne peut échapper au charme dévastateur distillé par ce film.
Il aura fallu attendre plus de vingt ans pour le découvrir enfin sur nos grands écrans, et si l’on regrette le décalage temporel, pas une seconde n’est perdue dans ce « Nausicaä de la Vallée du Vent » qui prouve également que l’animation classique en 2D recèle bien des charmes quand un vrai créateur est aux commandes.
Vision impérative et salvatrice.

DOSSIERS YOZONE
Hayao Miyazaki
Expo Miyazaki-Moebius
« Nausica¨de la Vallée du Vent », la bande annonce
« Nausica¨de la Vallée du Vent », annonce de la sortie ciné

AUTRES FILMS (réalisateur)
« Le Château de Cagliostro » (1979)
« Laputa, Le Château dans le Ciel » (1986)
« Mon Voisin Totoro » (1988)
« Kiki, La Petite Sorcière » (1989)
« Porco Rosso » (1992)
« Princesse Mononoke » (1997)
« Le Voyage de Chihiro » (2001, Ours d’Or à Berlin et Oscar du Meilleur Film d’Animation)
« Le Château Ambulant » (2004)

SÉRIES TV (réalisateur)
« Conan, le Fils du Futur » (1978)
« Anne la Rousse » (1979)
« Lupin III » (1980)
« Sherlock Holmes, Détective Privé » (1982)

COLLABORATIONS
Intervalliste et animateur clé sur :
« Ken, l’Enfant Loup » (1963)
« Le Chat Botté » (1969)
« Heidi, l’Enfant des Alpes » (1974)
Cinéma
« Horus, Prince du Soleil » (1968, avec Isao Takahata).

BD-MANGA
« Nausica¨de la Vallée du Vent » (Glénat)

FICHE TECHNIQUE

Titre original : Kaze No Tani Ni Naushika (Nausicaä de la Vallée du Vent)
Réalisation, scénario et dessins des personnages : Hayao Miyazaki
D’après l’œuvre originale Manga : « Nausicaä de la Vallée du Vent », 7 volumes (éditions Glénat)

Producteurs : Yasuyoshi Tokuma, Michitaka Kondo
Producteur du projet : Toru Hara
Producteur exécutif : Isao Takahata

Animation : Kazuo Komatsubara
Décors : Mitsuki Nakamura
Musique : Joe Hisaichi
Son : Shigemura Shiba
Photographie : Ideshi Kyonen
Montage : Naoki Kaneko, Shiyoji Sakai
Studio : Topcraft (animation sur cellulo)

Production : Tokuma Shoten et Hakuhodo (Japon)
Distribution : Buena Vista International (France)
Presse : B.C.G. (Myriam Bruguière, Olivier Guigues, Thomas Percy, Paris)


Stéphane Pons
21 août 2006






JPEG - 12.1 ko



JPEG - 6.4 ko



JPEG - 5.1 ko



JPEG - 6.9 ko



JPEG - 5 ko



JPEG - 5.5 ko



JPEG - 5.9 ko



JPEG - 6 ko



JPEG - 7.3 ko



JPEG - 5.4 ko



WebAnalytics