YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Hulk
Film américain de Ang Lee (2003)
Sortie nationale le 2 juillet 2003


Genre : adaptation de comic-book
Durée : 2h20

Avec Eric Bana (Bruce Banner), Jennifer Connelly (Betty Ross), Sam Elliott (Ross), Josh Lucas (Talbot), Nick Nolte (David Banner), Paul Kersey (David Banner jeune), Cara Buono (Edith Banner), Todd Tesen (Ross jeune), Kevin O. Rankin (Harper), Celia Weston (Mme Krensler), Mike Erwin (Bruce Banner adolescent), Lou Ferrigno, Stan Lee (vigiles) ...

Attendu comme le loup blanc par les fans de la BD et les amateurs de la série télévisée, le géant vert débarque à son tour dans les salles obscures. Il faut dire qu’il aura fallu plus de 10 ans pour que ce projet de Gale Anne Hurd, détentrice des droits du monstre de l’écurie Marvel, voit finalement le jour. Si, apparemment, on pouvait faire confiance à la productrice de la saga « Terminator » pour que cette transposition soit à l’image de son héros, c’est à dire dévastatrice, l’ex-femme de James Cameron surprend néanmoins tout le monde lorsque, en l’an 2000, elle propose à Ang Lee de réaliser un de ses prochains films.
Ce dernier, tout juste auréolé d’un Tigre et d’un Dragon, ne va pas hésiter longtemps entre « Hulk » et « Terminator 3 », l’autre mastodonte de la dame, et, après la comédie romantique (« Garçon d’honneur », « Raison et sentiment », « Salé, sucrée »), le drame banlieusard (« Ice Storm »), le western historique (« Chevauchée avec le Diable ») et le film d’arts martiaux (« Tigre et Dragon ») ; il choisit de se plonger dans la bande dessinée.

Mais, le cinéaste taiwanais n’est pas artiste à se satisfaire à mettre en image le script calibré d’un blockbuster hollywoodien à 120 millions de dollars et, il s’associe une fois de plus à James Schamus, producteur et scénariste de tous ses films, pour concocter une bande filmée à la fois inédite, et capable, au contraire de la série télévisée de Kenneth Johnson, d’illustrer la démesure de la version dessinée. Du coup, plutôt que de poursuivre l’exploration de la thématique manichéenne du Dr Jekyll et de son Mr Hyde, l’inséparable duo, reprenant en partie la trame oedipienne déjà développée par Michael France, décide de revisiter les origines du colosse et, tout en s’inspirant de King Kong en lieu et place de Frankenstein pour sympathiser la créature, de faire du géant vert le Titan d’une tragédie grecque génétiquement modifiée.
C’est ainsi que le Bruce Banner (Eric Bana) de cinéma hérite de l’ADN modifié de son père David (Nick Nolte), un chercheur mystérieusement disparu alors qu’il était enfant. Devenu à son tour un brillant généticien, Bruce travaille désormais aux côtés de Betty Ross (la troublante Jennifer Connelly), son ex-petite amie qui a préféré mettre un terme à leur relation en raison de l’incapacité du jeune homme à exprimer ses sentiments. Mais, au cours d’une expérience, Bruce Banner se retrouve exposé à une surdose de rayons gamma. Miraculeusement indemne, il éprouve pourtant d’étranges symptômes, comme si quelque chose vivait en lui, une présence à la fois fascinante et terrifiante...
C’est alors qu’une créature, aussi mystérieuse que surpuissante, fait son apparition sur le devant de la scène et ravage le laboratoire et le domicile du Dr Banner. L’armée, rapidement alertée, dépêche alors le général Ross (Sam Eliott), le père de Betty, pour capturer le monstre. Mais, alors que Glenn Talbot (Josh Lucas), le rival scientifique et sentimental de Bruce, se lance également sur les traces du Hulk, David Banner décide à son tour de sortir de l’ombre. Bientôt, Betty découvre que la créature a un rapport avec les recherches conduites 30 ans plutôt par le père de Bruce, et comprend ce qu’est - ou plutôt qui est - Hulk...

Si, durant la quasi première heure, marquée par l’absence de géant vert, la pellicule privilégie la mise en place de l’intrigue, des personnages et les explications scientifiques, le cinéaste n’en oublie pas pour autant de rendre hommage au 9ème Art, et multiplie « split-screen », superpositions d’images et débordements de cadre conférant à son « Hulk » le design d’un véritable comic-book filmé. Puis c’est enfin l’accident (et c’est tant mieux car tout cela commençait à devenir un peu long) et Hulk apparaît enfin à l’écran. Un Hulk, tout numérique, grâce aux prouesses des magiciens d’ILM, et nouvelle formule puisque ici, la créature, moins primaire que dans la BD ou dans la série télévisée, voit sa taille évoluer en fonction de l’intensité de sa colère.
Finalement, après avoir sauvé sa belle d’une meute de chiens mutants, King Kong ... heu, non Hulk, bientôt repéré et capturé par l’armée, va devoir s’échapper et combattre tanks, hélicoptères et avions de chasse lancés à sa poursuite. Une course effrénée qui le mènera des régions désertiques de l’Arizona jusque dans la baie d’un San Francisco dévasté.... avant qu’il ne soit obligé d’affronter les monstres de son passé en une apothéose nucléaire des plus titanesques.

Une œuvre grandiose et sacrément gonflée, puisque après avoir déstabilisé les fans purs et durs du comic, en une première partie « irrespectueuse » et quelque peu verbeuse, le film de Ang Lee, à l’instar de Bruce Banner, se métamorphose en une véritable illustration de la bande dessinée, au risque de laisser les amateurs de la série télé et les cinéphiles « comicphobes » sur le carreau.

Toujours est-il que si on ne savait pas à quelle sauce serait assaisonné le géant vert, on savait pertinemment que ça risquait de faire du bruit. De ce point de vue, ce Hulk évènementiel est une totale réussite puisqu’il devrait déchaîner les passions et déclencher la polémique entre amateurs et détracteurs. En ce qui me concerne, je me range définitivement du côté des amateurs.

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Ang Lee

Scénario : David Hayter, James Shamus, John Turman et Michael France d’après une histoire de James Shamus à partir des personnages de Stan Lee et Jack Kirby

Producteurs : Avi Arad, Larry J. Franco, Gale Anne Hurd, James Schamus
Producteurs associés : Cheryl A. Tkach, David Womark
Producteurs exécutifs : Kevin Feige, Stan Lee

Musique originale : Danny Elfman
Musique additionnelle : Mychael Dann - Chanson « Set Me Free » Duff McKagan, Slash, Matt Sorum, Scott Weiland
Image : Frederick Elmes
Montage : Tim Squyres
Distribution des rôles : Avy Kaufman, Frank Warren
Création des décors : Rick Heinrichsµ
Direction artistique : John Dexter, Greg Papalia
Décorateur de plateau : Cheryl Carasik
Création des costumes : Marit Allen
Maquillage : Rick Baker
Son : Gary Rydstrom
Effets spéciaux : Robert Kurtzman, Michael Lantieri, Gregory Nicotero

Production : Good Machine, Marvel Entertainment, Pacific We, Universal Pictures, Valhalla Motion Pictures
Distribution : United International Pictures (UIP)
Effets spéciaux : ILM, K.N.B. EFX Group Inc.

INTERNET

http://www.thehulk.com


Bruno Paul
5 juillet 2003






JPEG - 8.7 ko



JPEG - 3.7 ko



JPEG - 5.1 ko



JPEG - 4.2 ko



JPEG - 4.1 ko



JPEG - 3 ko



JPEG - 2.8 ko



WebAnalytics